Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La guerre des gô-gauches à La Rochelle et les municipales

Publié le par rue du blogule rouge

Les élections municipales à La Rochelle ont montré, par rapport à 2008, une poussée du Front national surtout dans certains quartiers (il gagne au total plus de 1300 voix) effectuée au détriment de la droite UMP (elle en perd plus de 1300). Dans ce premier tour, la gauche socialiste ne perd « que » 400 voix. La gauche anti-libérale en perd à peu près 300.

La gô-gauche et l’égo-gauche

Côté socio-démocrates, les socialistes, toujours en pleine gué-guerre allumée en 2012 par Ségolène Royal et Olivier Falorni, se présentaient coupés en deux, avec d’un côté (à leur gauche ?) Anne-Laure Jaumouillié et de l’autre (à leur droite ?) Jean-François Fountaine (qui n’en est plus mais veut persuader l’électeur de gauche qu’il en est encore et celui de droite qu’il n’en est plus).

Le PRG, en bon petit satellite, était lui aussi divisé : son patron départemental Yann Juin d’un côté, favorable à Falorni et à Fountaine, (Il en a d’ailleurs fait les frais en étant battu à Esnandes dès le premier tour), Michel-Martial Durieux (lui a jeté l ‘éponge avant la bagarre électorale), Guy Denier (lui a réussi à éviter le ballotage à 60 voix près) et consorts, plutôt du côté de Royal et Jaumouillié.

Anne-Laure Jaumouillié, elle, forte de l’investiture officielle du PS, du soutien du maire sortant Bono comme de l’allégeance des dirigeants locaux du PCF, est restée droite dans ses bottes et a refusé finalement, pour le deuxième tour, l’apport d’EÉLV, jugés trop gourmands. Avant l’élection, elle acquiesce aux discours anti-libéraux. Il sera bien temps de soutenir le gouvernement et sa politique après !

Voilà pour les egos de gauche, soutiens du président Hollande, de son gouvernement et de sa politique d’austérité, de cette gô-gauche, dont l’ennemi n’est plus, même fugitivement, « la finance sans nom et sans visage » mais qui rend désormais hommage à l’oligarchie gérante et seule bénéficiaire de la société libérale.

Malheureusement, côté anti-libéraux, ce n’est guère mieux !

Les communistes sont coupés en deux. Leur direction départementale, à la chasse aux places de conseillers municipaux et si possible d’adjoints, s’était vendue dès le premier tour aux socialistes officiels. Elle menace maintenant d’exclure du parti les militants en désaccord avec cette option.

Du coup, les communistes fidèles à la stratégie du Front de Gauche se sont alliés au PG et au NPA pour constituer une liste autonome, refusant par contre l’alliance proposée avant le premier tour par les écologistes d’EELV. Ces mêmes écologistes qui, n’ayant obtenu que 6,05% des exprimés (3,21% des inscrits) préféreront aller à la soupe, pour le deuxième tour et faire alliance avec celui des deux représentants socialistes qui suscite le plus de sympathie à droite, Fountaine, par ailleurs grand défenseur de l’extension du port de plaisance, de l’implantation d’Holcim et partisan également de l’autoroute A 831. Comprenne qui pourra !

La liste Front de Gauche, elle, souffrant d’un déficit de temps d’exposition médiatique, de notoriété et de force militante, n’a pu atteindre, malgré une campagne énergique, que 3,79% des exprimés (2,01% des inscrits) ! C’est un échec mais pas un arrêt définitif. Une dynamique est née, un collectif s’est forgé. Son travail ne fait que commencer.

La liste de Lutte ouvrière, finalement seule à naviguer au large de ces eaux troublées, a peiné à dépasser 1% des exprimés (0,5% des inscrits) des voix, autant dire que l’extrême gauche n’a pas existé dans cette élection.

Dans ces conditions, et dans le contexte national de vote sanction à l’égard de la politique menée par le gouvernement, on ne peut que s’ébahir et se féliciter du score, somme toute faiblard, de la liste de droite : 18,92% (10,06% des inscrits) et même de celle du FN : 8,52% des exprimés (4,53% des inscrits). Merci les Rochelais !

D’autant que dans les autres communes de la CDA de La Rochelle, la situation n’est pas tellement brillante non plus.

À l’Houmeau, le socialiste Daniel Groscolas est battu.

À Esnandes, le PRG Yann Juin est battu.

À Châtelaillon, l’UMP Jean-Louis Léonard, fraîchement décoré par l’ex-président karchérisé par les électeurs en 2012, est réélu avec 73,42% des exprimés !

Quelques rares motifs de satisfaction cependant subsistent avec La Jarne, conquise par le socialiste « de gauche » Coppolani et Périgny où, malgré une poussée à droite, la liste Front de Gauche, soutenue par la cellule locale du PCF et le PG a dépassé 14% des exprimés.

Jaumouillié ou Fountaine au deuxième tour ? Bonnet blanc ou blanc bonnet ? Faites vos choix, ce n’est plus guère qu’une question de personnes ou de personnalité.

Pour la politique, la vraie, il faudra repartir au combat sur les thèmes définis par les assemblées citoyennes : démocratie directe, refus de l’austérité, gratuité des transports, régie et tarification sociale de l’eau, services publics, logements accessibles à tous, solidarité avec les luttes sociales, etc.

Halte à la gué-guerre ! Il est urgent de se ressaisir !

 

Commenter cet article