Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Abécédaire événementiel de 2014

Publié le par rue du blogule rouge

Abécédaire des événements survenus en 2014, vus depuis la Rue du Blogule Rouge :

A comme Assemblées citoyennes : Depuis quelques années, des réunions publiques organisées par le Front de Gauche se parent du titre d’Assemblées citoyennes. Elles ont en effet l’ambition de permettre à tous les citoyens d’apporter leur contribution aux débats politiques, la politique étant définie comme « tout ce qui concerne le bien commun ». Rue du Blogule Rouge vous tiendra informés de la date et du thème des prochaines assemblées citoyennes de Périgny.

 

B comme Bénéfices : +30,3% ! Non ce n'est pas les chiffres du chômage pour le mois de septembre, mais bien la hausse des dividendes versés en France cette année ! Un chiffre qui fait de l'hexagone un des leaders mondiaux des inégalités.

Les dividendes versés par les entreprises cotées au niveau mondial ont augmenté de 11,7% au deuxième trimestre 2014 et ils s'élèvent à 426,8 milliards de dollars.

C'est quand même la France qui est le meilleur élève en terme de distribution de dividendes avec 30,3% de croissance sur les six premiers mois par rapport à l'an dernier, soit 40,7 milliard de dollars distribués.

 

B comme Brown : Michael Brown, un Noir américain âgé de 18 ans, non-armé au moment des faits, a été abattu le 9 août de six coups de feu tirés par Darren Wilson, policier à Ferguson, dans le Missouri. Selon la police, Wilson a agi en état de légitime défense. Mais selon les témoins, Browna été abattu alors qu'il avait les mains en l'air. Brown n'avait aucun casier judiciaire. Agé de 18 ans, il devait commencer des études au Vatterott College après avoir obtenu un diplôme du Normandy High School. Son assassinat a entrainé des émeutes dans une région où les tensions raciales et la discrimination sont parmi les plus fortes des États-Unis.

 

B comme Bygmalion : Bygmalion est une agence de communication créée en 2008 par deux proches de Jean-François Copé pour satisfaire aux envies de communication du parti de droite. Alors que l’UMP connaissait de graves difficultés financières, Bygmalion, au contraire, s’enrichissait considérablement. Voici comment le pot aux roses fut découvert :

Le 27 février 2014, Le Point accusa Bygmalion d'avoir surfacturé la tenue de meetings de la campagne de 2012 de Nicolas Sarkozy.

Le 5 mars, une enquête préliminaire pour faux, abus de confiance et abus de biens sociaux fut ouverte par le parquet de Paris.

Le 14 mai, Libération révélait que sur les 18 millions d'euros de prestations facturées, certaines n'avaient jamais eu lieu.

Le 26 mai, l'avocat de Bygmalion confirma l'émission de 10 millions d'euros de fausses factures à la demande de l'UMP. Ces allégations furent contestées par les proches de Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé clamant son innocence, déposant plainte contre X.

Le 27 mai, Jean-François Copé fut poussé à la démission par les ténors de l'UMP lors d'une réunion du bureau politique du parti tenue à huis-clos.

Le 1er juin, Le Journal du dimanche révéla l'existence d'une double facturation au sein de la société Bygmalion et de sa filiale Event & Cie. Ces factures montraient que le coût des meetings de Nicolas Sarkozy s'élevait à 19 millions d'euros dont 14 millions auraient été facturés à l'UMP pour des prestations fictives. Dans ce montage financier, le dépassement des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy s'élevait à 11 millions. À la fin de la campagne, « l'UMP » aurait donné des dates et des noms pour des conventions supposées être réelles, afin de rédiger les factures litigieuses. À la mi juin, d'autres députés de l'UMP déposèrent plainte à leur tour.

Le 17 juin, Mediapart indiqua avoir consulté la « comptabilité secrète » de Bygmalion, récupérée par la police judiciaire au cours d'une perquisition. Mediapart fournit le détail des différences entre les dépenses déclarées par Nicolas Sarkozy à la Commission nationale des comptes de campagne pour les meetings de sa campagne et ceux effectivement facturés. Il révélait que le dépassement était de 17 millions d'euros et non de 11, ainsi que cela avait été annoncé après les élections européennes. Le 20 juin, Mediapart publia l'intégralité des 58 fausses factures adressées à l'UMP par Event & Cie.

Le 27 juin, le parquet requit « l'ouverture d'une information judiciaire contre "X" pour « faux et usage de faux », « abus de confiance », « tentative d'escroquerie » et « complicité et recel de ces délits ». « Les faits présumés de faux et usage de faux concernent les factures émises » par Event & Cie, la filiale événementielle de Bygmalion. « L'« abus de confiance » concernait, le possible détournement de fonds au préjudice de l'UMP. Quant à la tentative d'escroquerie, elle se référait au fait qu'auraient été volontairement minorées les dépenses engagées à l'occasion de la campagne, afin de présenter des comptes susceptibles d'être validés par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques, puis par le Conseil constitutionnel. » « Ces comptes n'avaient finalement pas été validés, pour d'autres raisons, ce qui explique le chef de tentative d'escroquerie et non d'escroquerie. » Trois juges d'instruction du pôle financier furent désignés, dont Serge Tournaire et Renaud Van Ruymbeke. Leurs investigations devront porter sur l'année 2012, les dernières factures réglées par l'UMP à la filiale de Bygmalion semblant dater de novembre de cette année.

Le 1er octobre 2014, après deux jours de garde à vue, Bastien Millot et Guy Alves furent mis en examen pour abus de confiance, complicité de faux et usage de faux. Franck Attal, ex-patron de la filiale Event & Cie, fut lui mis en examen pour faux et usage de faux. Le lendemain, Éric Cesari, ancien directeur général de l'UMP, Fabienne Liadze, ex-directrice financière de l'UMP, et Pierre Chassat, ex-directeur de la communication de l'UMP, furent interpellés et placés en garde à vue.

Le 4 octobre, ils furent tous les trois mis en examen pour « faux, usage de faux et abus de confiance ».

On attend la suite du feuilleton avec impatience !

 

C comme Cavanna : Ecrivain, dessinateur et journaliste trouble fête, François Cavanna est mort le 29 janvier 2014, à l’âge de 90 ans. Il fut la figure de proue d’une génération et d’un journalisme provocateur, subversif et irrévérencieux, de Hara Kiri à Charlie Hebdo. Cette « lettre ouverte aux culs-bénits », publiée il y a 20 ans n’a pas pris une ride :

Extraits : "À l’heure où fleurit l’obscurantisme né de l’insuffisance ou de la timidité de l’école publique, empêtrée dans une conception trop timorée de la laïcité,
Sachons au moins nous reconnaître entre nous, ne nous laissons pas submerger, écrivons, « causons dans le poste », éduquons nos gosses, saisissons toutes les occasions de sauver de la bêtise et du conformisme ceux qui peuvent être sauvés ! […]
Simplement, en cette veille d’un siècle que les ressasseurs de mots d’auteur pour salons et vernissages se plaisent à prédire « mystique », je m’adresse à vous, incroyants, et surtout à vous, enfants d’incroyants élevés à l’écart de ces mômeries et qui ne soupçonnez pas ce que peuvent être le frisson religieux, la tentation de la réponse automatique à tout, le délicieux abandon du doute inconfortable pour la certitude assénée, et, par-dessus tout, le rassurant conformisme. Dieu est à la mode. Raison de plus pour le laisser aux abrutis qui la suivent. […]
Un climat d'intolérance, de fanatisme, de dictature théocratique s'installe et fait tache d'huile. L'intégrisme musulman a donné le « la », mais d'autres extrémismes religieux piaffent et brûlent de suivre son exemple. Demain, catholiques, orthodoxes et autres variétés chrétiennes instaureront la terreur pieuse partout où ils dominent. Les Juifs en feront autant en Israël.
Il suffit pour cela que des groupes ultra-nationalistes, et donc s'appuyant sur les ultra-croyants, accèdent au pouvoir. Ce qui n'est nullement improbable, étant donné l'état de déliquescence accélérée des démocraties. Le vingt et unième siècle sera un siècle de persécutions et de bûchers. [
…]"

 

C comme Chômage : L’OCDE a annoncé un taux de chômage record en France pour 2014 : 11,2% et 12,3% pour l’ensemble de la zone euro. Les taux de chômage des jeunes en particulier, se situeraient toujours à des "niveaux sans précédent" dans de nombreux pays, à commencer par ceux du sud de l'Europe: plus de 60% en Grèce, 55% en Espagne et 40% environ en Italie et au Portugal. Mais il paraît que la tendance à l’inversion de l’augmentation de la courbe, c’est pour maintenant…

 

C comme Climat : La langue de bois marche à plein ! La conférence de l'ONU sur le climat à Lima, au Pérou, minée par des tensions entre les pays en développement et les pays industrialisés, s'est achevée dimanche 14 décembre sur un accord a minima. « Un projet de texte a été adopté, qui porte notamment sur les futurs engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre que prendront chaque pays courant 2015 », a annoncé le ministre péruvien de l'environnement, Manuel Pulgar Vidal. Le texte servira de document de base aux négociations préalables au grand sommet de Paris prévu fin 2015. Le compromis auquel sont parvenus les 195 Etats membres de la convention des Nations unies sur le changement climatique, «n'est pas celui auquel on pouvait s’attendre» : « Les gouvernements à Lima ont fait le strict minimum pour garder le processus de négociations multilatéral en vie, mais ils n'ont pas fait assez pour convaincre que le monde est prêt à adopter un accord sur le climat ambitieux et équitable l'an prochain à Paris », a déploré Mary Robinson, envoyée spéciale des Nations unies pour le climat. L'objectif de l'accord en discussion depuis 2011 doit permettre de limiter la hausse des températures à 2° C d'ici à la fin du siècle, seuil jugé dangereux par les scientifiques du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur le climat). Un compromis a donc été finalement trouvé. Pour cela, les Etats-Unis ont dû admettre que l'adaptation au changement climatique ne pouvait être traitée comme une question de second ordre. Les pays moins avancés ou les petites îles dont les émissions de gaz à effet de serre sont négligeables ont mis en avant le coût que représente déjà pour eux la nécessité de faire face aux impacts du réchauffement. Au détriment des investissements dans leur développement et la lutte contre la pauvreté.

Autrement dit, le bilan de la conférence est quasi nul, tout reste à faire.

 

C comme Cuba : Cuba et les Etats-Unis d’Amérique ont annoncé en décembre la reprise de leurs relations diplomatiques après 54 ans de blocus par les États-Unis, suite aux nationalisations des sociétés américaines exploitant l’île en 1960. Le blocus économique, lui, n’est pas encore levé mais ça semble être en bonne voie.

 

D comme Delphi : La direction française de Delphi annonçait en début d’année la suppression de 150 postes en 2014 dans ses usines d'injection diesel à Blois et Périgny, près de La Rochelle. Elle justifiait cette décision par une "sixième année consécutive de baisse des commandes des constructeurs français et européens". Un plan de départs en retraite anticipée devrait permettre d'éviter des licenciements, selon la même source. Un plan de réorganisation industrielle a donc été présenté au personnel de la branche injection diesel de Delphi en décembre. Il prévoyait la suppression de 100 postes à Blois (sur 1.600) et 50 à Périgny (sur 410). En Octobre, boursier.com annonçait pourtant quant à lui, que l'équipementier automobile américain avait bénéficié d'une solide demande asiatique et américaine. Le bénéfice net part du groupe était ressorti à 305 M$ et 1,02$ par titre, contre 271 M$ et 87 cents un an avant.

 

E comme élections Européennes : Les premiers vainqueurs des élections européennes ont été en France les abstentionnistes avec plus de 57%. Dans ce qui restait de voix exprimées, Le Front National a obtenu plus de 25%, l’UMP, 21%, le PS, 14%. Au plan européen, les conservateurs sont restés en tête.

 

F comme Fraisse : Le 26 Octobre, Rémy Fraisse, étudiant en botanique de 21 ans, a été abattu par un gendarme qui lui a lancé une grenade offensive, lors d’une manifestation sur le site du barrage de Sivens. C’est le premier manifestant tué par des forces de l’ordre depuis Malik Oussekine en 1986. Alors que de nombreux témoignages accusent la violence démesurée des forces de l’ordre faisant pleuvoir sur les manifestants tirs de Flash-Ball et grenades, en tirs tendus et sans sommation, l’enquête administrative écarte toute faute professionnelle des gendarmes, qui auraient « rempli leur mission avec professionnalisme et retenue ». Mais si aucune faute n’est imputable au gendarme tueur, alors, la responsabilité de ses supérieurs hiérarchiques et en dernier lieu de son ministre de tutelle, n’est-elle pas engagée ?

 

G comme Gardner : Éric Gardner, Noir Américain de 43 ans, obèse (160 kg), est mort étranglé par des policiers à Staten Island au cours d’une arrestation alors qu’il essayait de dire qu’il ne pouvait pas respirer : « I can’t breathe! » (répété 11 fois). Ce slogan servit de cri de ralliement à la vague de manifestations qui s’est emparée des USA à la suite des bavures policières survenues à l’encontre, systématiquement, de Noirs américains.

 

G comme Gaza : L’enlèvement de 3 adolescents israéliens en juin 2014 servit de prétexte aux Israéliens pour l'arrestation en Cisjordanie de 400 sympathisants ou membres du Hamas (neuf civils palestiniens furent également tués lors de cette opération de recherche ) et à l'assassinat de Mohammad Abou Khdeir. En réaction à ces évènements, différents groupes paramilitaires dont le Hamas et le Jihad Islamique ont attaqué le territoire israélien par des tirs de roquette en ciblant plusieurs grandes villes israéliennes. En réponse, Israël lança le 8 juillet 2014, l'opération Bordure protectrice dans la bande de Gaza qui débuta par une phase de bombardements aériens provocant plus de 240 morts, alors que le Hamas tirait un millier de roquettes faisant un mort israélien.

Amnesty International accuse Israël d'avoir délibérément visé des habitations civiles : « Les forces israéliennes ont violé les lois de la guerre en menant une série d'attaques contre des habitations civiles, faisant preuve d'une froide indifférence face au carnage qui en résultait ».

Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme insistait : « Le nombre d'incidents, en plus du grand nombre de civils décédés, infirme la déclaration [israélienne] selon laquelle toutes les précautions nécessaires auraient été prises pour protéger la vie des civils ».

Au 29 juillet, soit au 21e jour après le début de l'opération, le bilan des pertes humaines (d’après l’ONU) s'élevait à plus de 1 113 morts palestiniens dont 795 civils et 230 enfants, 6 233 blessés ou mutilés dont 1 949 enfants et 1 660 femmes, 182 604 déplacés (soit 10% de la population de Gaza).

Côté israélien on déplorait officiellement la mort de 3 civils et de 53 soldats.

 

H comme Hermione : En aôut, la frégate Hermione, réplique du bâtiment utilisé par La Fayette en 1780 pour rejoindre les insurgés américains, est sortie de sa forme de radoub pour des essais en mer. Elle a quitté l'Arsenal pour le port de commerce de Rochefort. La manoeuvre du bateau-porte, qui avait d’abord échoué s'est déroulée avec succès dans la nuit ! Plus de 2000 personnes s'étaient données rendez-vous à l'Arsenal pour suivre ce premier départ vers le port de commerce.

 

H comme Homophobie : Sarkozy s’est plié aux injonctions des homophobes de la manif pour tous dans ce que Paul Laurent à appelé à juste raison «un coming out homophobe» : il abolirait la loi sur le mariage pour tous en cas de réélection, a-t-il promis lors d’un meeting à Aulnay-sous-Bois le 15 novembre et réécrirait la loi Taubira « de fond en comble ».

 

I comme Irak : L’Irak, détruit, occupé puis abandonné par les Américains se retrouve aux mains des Islamistes. La guerre continue.

 

I comme Islamiste : Les médias amalgament de plus en plus Islam et Islamistes et Terroristes et Combattants armés pour des états qui se veulent représentants exclusifs de l’Islam. Pour un peu, tous les musulmans seraient des terroristes ! Et tous les chrétiens, des Croisés ?

 

J comme JO : Les 22 èmes jeux olympiques d’hiver organisés à Sochi au bord de la mer Noire, dans le Caucase, du 7 au 23 février, par la Russie, ont coûté plus de 37 milliards d’euros.

 

J comme Jaurès : Il y a cent ans, Jean Jaurès était assassiné, le 31 juillet 1914, alors qu’il dînait au café du Croissant, rue Montmartre, dans le 2ème arrondissement de Paris, à deux pas du siège de son journal, L’Humanité. Il fut atteint par deux coups de feu : une balle perfora son crâne et l’autre se ficha dans une boiserie. Commis trois jours avant l'entrée de la France dans la Première Guerre mondiale, ce meurtre mit un terme aux efforts que Jaurès avait entrepris depuis l’attentat de Sarajevo pour empêcher la guerre en Europe. Il précipita le ralliement de la majorité de la gauche française à l’Union sacrée, y compris beaucoup de socialistes et de syndicalistes qui refusaient jusque-là de soutenir la guerre. Cette Union sacrée n’existait plus en 1919 lorsque son assassin, Raoul Villain, un proche de l’Action française, fut acquitté.

 

K comme couleur kaki : Les dépenses militaires mondiales, qui atteignaient en 2011 la somme exorbitante et extravagante de 1400 milliards d’euros se maintiennent toujours, en 2014 à plus de 1300 milliards d’euros !

 

L comme Lavillenie : le 15 février, Renaud Lavillenie, né en 1986 à Barbezieux, a battu, à Donetsk, avec 5,16 m le record du monde de saut à la perche que détenait Sergueï Bubka depuis 1994.

 

M comme Martina : Antonio Martina, Noir Américain, a été tué dans la nuit du 23 au 24 décembre par la police sur le parking d'une station-service à Berkeley, dans le Missouri. Les comptes rendus de la police et des témoins diffèrent : Selon la police de Saint Louis, les deux hommes ont été interpellés car ils ressemblaient à des individus recherchés pour vol. Le policier, (six ans d’ancienneté) a voulu procéder au contrôle des deux hommes. Antonio Martin a dégainé un revolver et l'a pointé sur le policier. L'agent "a eu peur pour sa vie", a expliqué sa hiérarchie, et a tiré à trois reprises.

L’ami d’Antonio, affirme lui qu'il s’est agi d’un contrôle policier qui a mal tourné : "Ils nous ont dit de nous allonger pour qu'on soit fouillés, affirma-t-il au Huffington Post. Je me suis allongé, mais Antonio a refusé. Le policier s'est reculé, a demandé encore une fois à Antonio de s'allonger. Il a ouvert le feu. Et quand j'ai essayé de l'aider, le policier m'a hurlé, son arme à la main, de rester où j'étais."

 

M comme élections Municipales : Résultats à Périgny : Liste Vince (Front de Gauche) = 451 voix, 14,09%, 2 élus - Liste Piérard (droite) = 1088 voix, 33,99%, 5 élus - liste Denier (divers « gauche ») = 1662 voix, 51,9%.

 

N comme Noées : Noées est une nouvelle association rochelaise de gauche qui souhaite devenir un laboratoire d’idées pour le devenir de la cité. Noées signifie : Nouvelles Options économiques Écologiques et Sociales. C’est un cercle humaniste et progressiste (Think Tank), c'est-à-dire un laboratoire d’idée indépendant de toute structure politique ou syndicale. Association indépendante, elle réunit des compétences diverses et complémentaires visant à apporter une expertise citoyenne. Elle se veut un réservoir de pensée référent, un laboratoire d'idées et de perspectives innovantes voué à la recherche de solutions politiques, économiques, environnementales nouvelles et se caractérise elle-même comme : Cercle de réflexion, Réservoir d’idées, Manufacture d'imagination pour le vivre ensemble, Groupe d'expertise citoyenne, Club de pensée, Laboratoire de créativité, Communauté d’innovation, Association de création de concepts citoyens, Penseurs de vie publique, Chantier d’inventivité, Amplificateur d'idées écologiques, Contributeur à un monde meilleur, Groupe indépendant de réflexion,Expertise citoyenne, Remue-méninges…

 

O comme Oléron : En décembre, dans l’île d’Oléron, malgré une pétition réunissant plus de 15 000 signatures, les élus communautaires de l’île votent le principe d’un péage pour le pont. C’est le retour de l’octroi !

 

O comme Opex : Les Opex (Opérations militaires extérieures) de la France lui auront coûté 1,1 milliard d’euros en 2014.

 

P comme Palestine : 135 pays recon­naissent désormais l’État de Palestine. Le 13 octobre, le Par­lement bri­tan­nique s’est pro­noncé pour la recon­nais­sance de l’Etat de Palestine par le Royaume Uni ; le 30 octobre, la Suède a reconnu offi­ciel­lement l’État pales­tinien. Le Par­lement européen a apporté en décembre son soutien de «principe» à la recon­nais­sance de l’Etat pales­tinien de même que le Parlement français.

 

P comme Podemos : Podemos est un nouveau parti de la gauche radicale espagnole. Enregistré comme parti politique le 11 mars 2014 avec comme objectif immédiat de présenter une liste aux élections européennes il obtint cinq sièges, en finissant comme 4e force en Espagne. Le 2 novembre 2014, un sondage publié par El Pais le donna pour la première fois en tête de tous les partis avec 27,7 % des intentions de vote, distançant les partis traditionnels, PP et PSO.

 

Q comme Quadrature du cercle : Ce problème insoluble se pose aux « socio-libéraux » qui nous gouvernent : Comment augmenter les profits capitalistes, qui sont eux-même dépendants de l’augmentation des ventes de marchandises ou de services, quand on organise en même temps la baisse du pouvoir d’achat ? Comment faire pour qu’une politique de l’offre réussisse dans le cadre de l’austérité ?

 

R comme Résistance : Face à toutes les mesures austéritaires, Résistons !

 

S comme Syrisa : Avec plus de 26% des voix aux élections européennes, une victoire aux municipales et les meilleurs scores des sondages, le parti de la gauche radicale grecque anti-austérité se présente comme le meilleur candidat pour gouverner la Grèce en 2015.

 

T comme TAFTA : Les négociations pour signer le TAFTA, ou GMT (grand Marché Transatlantique) ou TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership) suivant les dénominations mais dont l’objectif est de créer un grand marché transatlantique entre Europe et Amérique se poursuivent en catimini, malgré l’opposition des défenseurs des idées de gauche, et en direction d’un libéralisme maximum qui mettrait la France, l’Europe et les Étas-Unis d’Amérique, comme le Canada, encore plus sous la coupe des grandes sociétés multinationales.

 

U : comme Ukraine : En 2013, l’Ukraine, déjà proche du défaut de paiement, enregistrait une récession de 2%. Il lui restait, fin novembre 18,79 milliards de dollars de réserves de change alors qu’elle devait rembourser 7 milliards de dollars à ses créanciers en 2014, plus 17 milliards de dollars de facture de gaz naturel qu’elle devait à la Russie. Pour contrarier le rattachement de l’Ukraine à l’Union Européenne, Vladimir Poutine annonça la levée des barrières douanières entre l’Ukraine et la Russie, ainsi que son intention de baisser le prix de son gaz et proposa au gouvernement ukrainien un prêt de 15 milliards de dollars. De son côté, le premier ministre ukrainien Mykola Azarov avait demandé à l’Union européenne un prêt de 20 milliards d’euros, qui lui fut refusé. Le gouvernement du président Iakounovitch rompit alors les négociations avec l’Union Européenne et refusade signer l’accord d’association avec l’UE. Des manifestations furent alors organisées à Kiev, sur la place Maydan. Depuis 1991 les États-Unis finançaient en effet des groupes politiques pro-européens en Ukraine par l'intermédiaire d'ONG comme la Fondation Carnegie. (La diplomate américaine Victoria Nuland, représentante du Bureau des affaires européennes et eurasiennes à Washington, indique que ce financement a dépassé 5 milliards de dollars entre 1991 (date de l'indépendance de l'Ukraine) et 2013.)

Les manifestants de Maydan demandèrent le départ de Ianoukovytch, qu'ils accusaient d'avoir « vendu le pays pour s'acheter un poste de gouverneur dans l'empire russe ». Sur la place de l'Indépendance, les drapeaux ukrainien et européen se côtoyaient, montrant à la fois l'attrait pour l'Union européenne et un nationalisme dirigé contre la Russie. Dès le départ, on nota également une forte présence de l'ancien Parti National-Socialiste Ukrainien, rebaptisé Svoboda (« Liberté »). Les manifestations, réprimées par la police avec plus d’une soixantaine de morts, sans qu’on sache vraiment qui était vraiment responsable de ce bain de sang (Une enquête menée par Monitor, une émission de télévision allemande, étant venue mettre à mal la version défendue par le pouvoir actuel de Kiev. Selon les journalistes allemands, les snipers de l’ancien président Viktor Ianoukovitch ne seraient pas les seuls responsables puisque des tirs seraient aussi partis des bâtiments tenus par les manifestants…) aboutirent le 22 février 2014 à la fuite puis à la destitution de Ianoukovytch, remplacé par Oleksandr Tourtchynov. Un nouveau gouvernement, pro-européen, dirigé par Iatseniouk, fut instauré, dans lequel prirent place 4 ministres néo nazis. Ses premières décisions furent d’interdire le parti communiste et l’utilisation du russe. En réaction, la Crimée proclama son indépendance et vota pour son rattachement à la Russie. Le Donbass, et la région de Lougansk connurent alors un soulèvement similaire et organisèrent à leur tour un referendum d’auto détermination. Le 17 juillet 2014, un vol Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala-Lumpur explosa en plein vol près de la frontière russe, tuant les 298 personnes à bord, l'armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes s'accusant mutuellement d'avoir abattu l’avion. La guerre civile fit presque 5000 morts, l’Ukraine ayant décidé de bombarder sa propre population !

 

V comme Valls : Manuel Valls a été nommé premier Sinistre par François Hollande le 31 mars en remplacement de Jean-Marc Ayrault. Il a été reconduit au même poste le 25 août pour un deuxième gouvernement. Classé à l'« aile droite » du Parti socialiste, il s'inscrit dans la culture et la démarche de la social-démocratie allemande et scandinave. Lui-même s'est, par le passé, défini comme «blairiste» ou «clintonien». Il prône un discours politique « économiquement réaliste » et dénué de «démagogie». Il se distingue notamment de nombre de ses camarades du PS sur la responsabilité individuelle (« Le nouvel espoir que doit porter la gauche, c'est celui de l'auto-réalisation individuelle : permettre à chacun de devenir ce qu'il est ») ou le « refus de l'assistanat ». S'estimant « réformiste plutôt que révolutionnaire », il souhaite « concilier la gauche avec la pensée libérale ». En ce sens, il rejette le socialisme, le considérant comme un projet politique dépassé : « Le Parti socialiste, c'est daté. Ça ne signifie plus rien. Le socialisme, ça a été une merveilleuse idée, une splendide utopie. Mais c'était une utopie inventée contre le capitalisme du XIXème siècle ! »

 

W comme Waterloo : Il y a 200 ans, le 18 juin, la bataille de Waterloo mettait fin (provisoirement) à l’aventure napoléonienne de la France.

 

X comme Xénophobie : La haine des étrangers, irrationnelle et imbécile, précède souvent la peste brune. Luttons ! Rappelons aussi qu’il y a moins de 6% d’étrangers en France et que cette proportion est la même qu’au début du XXème siècle !

 

Y et Z : RAS

Commenter cet article