Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portraits de candidats

Publié le par rue du blogule rouge

Cédric Ruffié et Yhlem Dekkiche , respectivement titulaire et suppléante, composent le binôme de candidats de la France insoumise aux élections législatives dans la 1ère circonscription de la Charente-Maritime.

PORTRAITS CROISÉS :

Cédric Ruffié

Cédric Ruffié

Qui êtes-vous, Cédric ?

Né à Rodez, il y a 36 ans, je suis comédien de profession. Ce travail ne me permettant pas de vivre, j'effectue régulièrement des missions de conseiller téléphonique. Actuellement, je travaille donc pour une mutuelle.

En union libre avec ma compagne, nous avons deux enfants, de 5 et 8 ans.

Inconnu du grand public il y a encore quelques mois dans le monde de la politique, qu'est-ce qui vous a motivé dans votre décision à vous présenter à cette élection ?

Je fais partie de cette grande majorité des Français qui ont été déçus des promesses non tenues par le gouvernement en place actuellement

Je n'oublie pas le discours du Bourget et je n'accepte plus les compromis cyniques.

J'étais également très en colère après les différentes “lois travail“ qui se sont succédées, qui ont été imposées aux citoyens, sans concertation aucune, et dont la plus emblématique, la “loi El Khomri“, malgré une opposition extrêmement forte des citoyens, a fait l'objet d'un déni de démocratie en passant par 49-3.

Et, comme beaucoup, j'étais déçu par l'absence de représentativité des êtres politiques, tant du point de vue des générations que social.

Combien y a-t-il de citoyens comme vous ou moi au Parlement ?

J'avais besoin de m'investir au sein d'un collectif, pour un projet dont je partagerais totalement les principes.

J'ai cherché et j'ai vu un discours de Jean-Luc Mélenchon sur le programme “l'Avenir en commun“. Je me suis renseigné, j'ai été convaincu par le fond mais aussi par la forme de l'écriture du programme.

J'ai donc rejoint la France insoumise, créé un groupe d'appui et finalement, je me suis totalement investi dans le Mouvement.

Yhlem Dekkiche

Yhlem Dekkiche

Et vous, Yhlem ?

Je suis née à Rouen (76), d'une famille rochelaise. J'ai 33 ans. Je suis professeur de danse, diplômée d'état. J'exerce en libéral.

Je n'ai pas encore d'enfant, mais j'attends un “heureux événement“ pour ce mois d'avril.

Quelles ont été vos motivations ?

Néophyte dans le domaine politique, je me lance dans cette aventure humaine pour plusieurs raisons :

  • Je ne veux plus avoir à me battre pour toucher le RSA et vivre avec 470 euros par mois et en avoir honte.
  • Je ne veux plus avoir honte de me faire soigner car je suis bénéficiaire de la C.M.U.
  • Je ne veux plus me demander quel genre de cancer ou de maladie je risque de contracter si je mange telle ou telle nourriture, car je n'ai pas les moyens de manger bio.
  • Ne plus me demander si mon association de danse,  musique ou théâtre, va tenir le coup car la culture en France est bien la dernière roue du carrosse.
  • Je ne veux plus accepter que le personnel hospitalier soit en souffrance alors que je viens me faire soigner.
  • Je n'ai pas envie de travailler 45 ans ou plus pour ne toucher que de quoi survivre et être à la charge de ma famille.
  • Je ne veux plus baisser la tête parce que je suis issue de l'immigration et que ma couleur et mes origines font peur aux gens dans la rue.
  • Je ne veux plus d'une justice injuste.
  • Je ne veux pas que mon enfant soit dans une classe surchargée avec des professeurs surmenés et obligés de faire passer les élèves dans les classes supérieures par manque de place.
  • Je veux pouvoir me sentir en France quand je suis dans les DOM-TOM et non dans une contrée délaissée.
  • Je ne veux pas avoir à me justifier si je décide d'une IVG et je veux être l'égale de l'homme car je suis une femme, une mère, une travailleuse.
  • Je veux pouvoir me consacrer pleinement à mes études sans avoir à cumuler 4 à 5 petits boulots ou dans l'extrême, me prostituer.
  • Je ne veux plus m'excuser, me sentir mal à l'aise parce que je suis en situation de handicap.

Ces raisons font partie de nos vies. C'est ce qui forge ma vision du monde et ce qui motive ma volonté d'apporter de la nouveauté dans le paysage politique français.

Aujourd'hui, je suis devenue une insoumise !

Yhlem et Cédric

Yhlem et Cédric

Pouvez-vous, Cédric et Yhlem, brièvement expliquer ce qui pour vous est le plus important dans le programme défendu par Jean-Luc Mélenchon ?

Il nous est apparu comme une évidence de soutenir ce programme qu’est l’Avenir en Commun et de rejoindre le mouvement de la France Insoumise porté nationalement par Jean-Luc Mélenchon. Ce programme, qui place les êtres humains au centre des réflexions, et qui revient aux valeurs fondatrices de notre République, est une vraie source d’espoir pour l’avenir.

Tous ses axes nous semblent déterminants tant ils sont logiquement imbriqués les uns dans les autres. Nous allons donc tenter de n'en sortir que deux, mais cela sera forcément réducteur :

La volonté indéfectible de vouloir redonner le pouvoir au peuple, pour laquelle l’action la plus emblématique est la convocation d'une constituante.

Une constituante est une assemblée de gens, de citoyens, dont un certain pourcentage peut être tiré au sort, qui a vocation d’écrire une nouvelle constitution, permettant ainsi le passage à une 6ème République.

Au-delà de cette action, nous voulons généraliser au maximum les assemblées populaires et leur donner un vrai pouvoir décisionnel notamment via le référendum révocatoire, l'un des fondements de la démocratie participative.

La transition énergétique et la vision écologique dans ce programme nous semblent également essentiels. Pas seulement pour nous, mais aussi pour les générations à venir.

Sortir du nucléaire, passer aux énergies renouvelables, arrêter l’agriculture productiviste et faire du bio la norme générale sont autant de points qui nous parlent à titre personnel, et qui, nous le savons bien, parlent à chacun de nous.

Mais pour faire une politique aussi progressiste, il nous faudra nous libérer des traités européens auxquels nous sommes actuellement liés, soit en négociant, soit en s’en dissociant.

Nous n'aurons jamais assez de place pour vous parler de tout le reste, c'est pourquoi nous vous invitons tous à lire notre programme l'Avenir en commun et à vous rapprocher de groupes d’appui locaux.

Portraits de candidatsPortraits de candidats

Commenter cet article