Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Xyloglossie ou xylolalie ?

Publié le par rue du blogule rouge

Xyloglossie ou xylolalie ?

Pour les législatives de juin, les jeux sont faits, nous affirme-t-on ! La tradition électorale française amènerait, à chaque scrutin législatif, une amplification du résultat des élections présidentielles. Donc le peuple voterait pour donner à Macron une majorité. Il élirait des députés macronistes, “ni de droite ni de gauche“ - donc de droite- ou ceux  qui se disent prêts à les soutenir. Qui veut faire croire ça ? Les médias et certains candidats.

Toutes ces belles personnes qui sont là pour obtenir nos voix  au nom d’un changement de politique et veulent rester libres, une fois élues, de soutenir la même vieille politique de Sarkofillon et de Vallshollande, celle de l’austérité budgétaire au service de l’oligarchie, de la gabegie  écologique et sociale à celui des profits capitalistes. Ce qui compte pour elles, au mieux, c’est la bonne vieille démocratie représentative : “tu votes pour moi et une fois élu, je gère pour toi !“

Pourtant, il leur faut d’abord obtenir nos voix. C’est pourquoi elles font assaut de langue de bois !

Qu’est-ce que la langue de bois ?

Aussi appelée xyloglossie ou xyglolalie, du grec xylon, bois et glossa, langue, ou laleô, parler, c’est, nous indique Wikipedia, une “Forme de communication pouvant servir à dissimuler une incompétence ou une réticence à aborder un sujet en proclamant des banalités abstraites, pompeuses, ou qui font appel davantage aux sentiments qu'aux faits “.

Prenons l’exemple de ces mesures macronistes emblématiques d’une soi disant “Révolution des mœurs politiques“. Elles font la part belle aux fameux “éléments de langage“ propres à promouvoir un produit politique positif : agir ; mieux vivre ; libérer ; esprit d’entreprise ; inventer ; croissance ; démocratie ; sécurité ; Europe protectrice …

Nous voici en plein dans la langue de bois des enfumeurs.

Examinons ensemble, empruntés à Olivier Falorni et à son bulletin de propagande en 8 pages sur papier glacé, quelques uns de ces éléments :

“Agir pour mieux vivre de son travail“

Qui serait contre ? Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Des diables se cachent dans la boîte !

Macron imposera, paraît-il, les mesures suivantes : suppression des cotisations salariales pour tous les travailleurs afin de rapprocher le salaire net du salaire brut. Est-ce ça signifie que le salaire va augmenter ? Non, c’est l’inverse. Les cotisations sociales sont du salaire différé ! Lorsqu’on les paye, on les reçoit plus tard sous une autre forme, allocation chômage, retraite, etc. Si on ne cotise pas, il faut alors payer des assurances privées pour obtenir un service équivalent (ou pas).

Suppression de la taxe d’habitation pour 80% des Français. Déjà 20% ne la payent pas. Mais surtout, il faudra bien compenser sa perte par d’autres ressources. Ce sera le rôle de l’augmentation de la CSG. Bravo ! Les retraités seront les premiers impactés !

“Libérer l’esprit d’entreprise“

Pourquoi pas ? Ça consiste en quoi ?

Il faut, nous disent Macron et Falorni, supprimer le régime social des Indépendants. Soit, nous sommes d’accord. C’est tout ? Non, il faudrait aussi d’après eux, baisser le coût du travail en baissant les cotisations sociales. Encore cette antienne du coût du travail ? Encore une fois, les cotisations sociales ne sont que du salaire différé. Les baisser, c’est baisser les salaires.

Et si on baissait plutôt le coût du capital ?

“Inventer un nouveau modèle de croissance“

Des mots et du vent ! “Investir massivement“ dans la transition écologique, la révolution numérique et la rénovation urbaine. C’est la taille du “massivement“ qui mène au doute. Lorsque par ailleurs on prône des milliards d’économie (60), on ne voit pas très bien quelle sera celle de l’investissement “massif“. (Rappelons que l’Avenir en commun“ situe le chiffrage souhaitable de la seule transition énergétique à 200 milliards sur la durée du quinquennat).

Combattre les perturbateurs endocriniens, les pesticides et la pollution atmosphérique, développer les produits “bio“, les circuits courts pour les cantines scolaires, personne n’est contre, mais la question qui se pose est : “Comment ?“.

Si on n’y répond pas, ne vaut-il pas mieux se taire que d’enfoncer ainsi des portes ouvertes ?

“Rénover notre démocratie“

Quelques mesurettes telles que l’interdiction pour les parlementaires d’embaucher des membres de leur famille, n’y suffiront pas. Où est la grande ambition de la France insoumise de refonder la nation dans une 6ème République ?

“Fixer les mêmes règles pour tous“

Mettre en place des règles communes pour la retraite. Soit, mais s’il vous plaît, pas de nivellement par le bas !

Et s’il est nécessaire de lutter contre la fraude fiscale, les milliards à récupérer sont avant tout ceux de l’évasion fiscale et non les quelques millions de la fraude aux prestations sociales.

“Assurer notre sécurité“

Qui croira qu’il suffirait d’augmenter le nombre de policiers et le budget de l’armée tout en construisant des prisons pour régler le problème ?

“Relancer une Europe protectrice“

Ah ! Bon ! Il ne s’agit pas de renégocier quelque traité de libre échange que ce soit, seulement de renforcer Erasmus ! De qui se moque-t-on ?

Qu’y-a-t-il derrière ces éléments de langage ? Rien ! Seulement le vent qui souffle dans la tête à Macron !

La troïka Léal, Falorni et Ferreira, même combat !

Dans la 1ère circonscription de la Charente-Maritime, les électeurs qui se contenteront de ce vent macroniste  voteront pour Ottilia Ferreira, transfuge du MODEM vers les Républicains pour se faire élire à la Région, puis désignée candidate par  En Marche !

Ils voteront pour Bruno Léal, qui se réclame du “programme“ des Républicains mais annonce qu’il soutiendra “le projet d’alternance de la droite et du Centre“, c’est-à-dire le projet Macron.

Ils voteront aussi, pourquoi pas, pour Olivier Falorni, exclu du PS en 2012 pour  crime de lèse Royal, élu à l’époque député avec les voix de la droite, réfugié au PRG, mais qui, cette année, se dit libre, même si, ni PS ni PRG ne présentent de candidat contre lui et surtout prêt à soutenir lui aussi la majorité gouvernementale : “Je soutiendrai un certain nombre d’objectifs majeurs et de mesures clés, qui m’apparaissent profondément nécessaires“.

Votez plutôt Ruffié candidat de la FI

À La Rochelle, cependant, on est habitué au vent.

Ceux qui souhaitent un projet plus consistant, qui veulent faire tourner le vent, s’opposer à Macron et à la troïka en marche de ses postulants, ont en réalité une meilleure opportunité : elle s’appelle Cédric Ruffié

Lui a signé la charte Anticor (anticorruption) et la charte de la France insoumise pour s’engager à défendre à l’Assemblée un programme déterminé : l’Avenir en commun. 

Lui ne pratique ni la xyloglossie, ni la xylolalie. Son combat sera  pour l’écologie, l’humain et le social, la démocratie la plus directe possible. Il ne veut pas faire carrière et s’engage sur un seul mandat de député. Il peut donc devenir le porte parole de ceux à qui on l’a jusqu’ici confisquée.

VOTEZ RUFFIÉ !

Xyloglossie ou xylolalie ?

Commenter cet article