Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Allô ! SITEL ?

Publié le par rue du blogule rouge

« Chaque citoyen (blog-citoyen?) doit s’intéresser aux différentes composantes de l’oligarchie en commençant par celles dont le pouvoir s’exerce sur son lieu de résidence ou de travail. »…

« Ne pas ignorer les rémunérations des uns et des autres, les bénéfices de l’entreprise, ses ramifications en France et dans le monde doit aider à faire valoir ses droits, et rendre plus prudente la direction se sachant observée. »…

 (Le président des riches, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot).

 

 Dans la Rue du Blogule Rouge, on s’est donc intéressé  à SITEL :

À Périgny, cette filiale du groupe canadien Onex, s’est installée au printemps 2001 avec 50 salariés. Elle sous-traite le service de relations clients de grandes entreprises. Ce centre d'appels téléphoniques employait  600 personnes en 2006, dont 5 % à temps partiel. En 2012, ce sont 1000 personnes qui sont employées sur la zone des Quatre Chevaliers.

Courant 2004, des inquiétudes s'étaient pourtant faites jour sur la pérennité du site à la suite du transfert de la hotline de Hewlett-Packard dans une autre unité de SITEL FRANCE à Casablanca.

 « A l'époque, ce contrat représentait 80 % de notre activité. Depuis, nous avons obtenu de nouveaux marchés, avec des entreprises comme Noos ou l'assureur AIG, et aujourd'hui notre portefeuille de clientèle est beaucoup plus équilibré : nos deux premiers clients ne représentent pas plus de 30 % du chiffre d'affaires », commentait le responsable, cité par Jean Roquecave dans les echos.fr.

C’est la signature d’un contrat avec Pages Jaunes qui permit, d’après la direction, de sauver l’entreprise et de créer 250 emplois. « Cela représente 1 million d'appels par mois, expliquait Pascal Capellari, directeur du site. Compte tenu des particularités de ce service, qui fonctionnera vingt-quatre heures sur vingt-quatre, et des amplitudes horaires que cela induit, 30 % de ces emplois sont à temps partiel. » 

Ce qui permit aussi à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’économie, de venir parader lors d’une visite le 20 avril 2004, en faisant semblant de s’intéresser, entre autres, aux conditions de travail sur le site.

Mais c’est justement en raison des mauvaises conditions de travail que les travailleurs de la plate forme se mirent en grève en juillet 2009. Ils protestaient aussi contre le non-versement d’une prime de vacances de 213 € pourtant prévue dans la convention collective. À cette colère,  s’ajoutait l’inquiétude face à la menace de 200 suppressions d’emplois.

En effet, la défection de l'un des deux principaux donneurs d'ordres,  le groupe AIG (assurances et services financiers) avait permis l’annonce de la décision de délocaliser des prestations jusque-là sous-traitées à La Rochelle.

La grève fut suivie par 85% des 674 salariés.

Mais finalement, le groupe annonça officiellement fin 2009, la signature de deux nouveaux contrats, gages non seulement de survie mais aussi de développement pour le site de Périgny.

Quelque 500 personnes devaient rejoindre les équipes du site, ses effectifs doublant ainsi et devant frôler à la fin de l'année 2010 la barre des 1 000 salariés.

Si l'avenir semble à nouveau dégagé, et malgré une reprise de la politique d’embauche amenant l’effectif à 1000 personnes environ, la direction reste toutefois prudente : par exemple, elle ne souhaite pas, pour l'heure, récupérer les dix places de la crèche interentreprises de Périgny, auxquelles elle avait renoncé, au plus fort de la crise.

D’autant plus que tout n’est pas rose chez SITEL. Fin février 2012, les salariés, sous la forme d’un débrayage,  ont mené une nouvelle lutte pour l’amélioration de leurs conditions de travail et pour combattre la  chasse à l'absentéisme engagée par la direction. Sud-Ouest titra alors : « Périgny (17) : "SITEL mène une politique du coup de bâton." ».

Mais qui est derrière SITEL Périgny ?

L’entreprise de Périgny fait partie du  groupe SITEL FRANCE.

SITEL FRANCE

SITEL a en effet débuté ses opérations en France, sur le marché des centres de contacts, en 1998 sous le nom de SITEL FRANCE. Cette entreprise compte 3 500 employés répartis sur 6 sites : 3 en France, à Malakoff,siège social de l'entreprise (200 salariés) Troyes et Périgny (1000 salariés et 40 % du chiffre d’affaires) et  3 au  Maroc, à Casablanca (350 personnes) et Rabat, une septième implantation devant ouvrir au Maroc avec une centaine de salariés. 



SITEL FRANCE se positionne comme l’un des principaux acteurs du marché français de l’externalisation de la Relation Client et du BPO (Business Process Outsourcing -c’est-à-dire l’externalisation des processus d’affaires, on sous-traite une partie de la gestion d’une entreprise).

Si la téléphonie représente 70 % de l’activité, la société se développe sur les autres outils de communication du web : courriel et autres réseaux sociaux.

En 2011, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros, supérieur de 20 % à celui de l'année précédente.

Le PDG de SITEL France est Peter Fergus-O’Brien

À la direction de SITEL FRANCE ET MAROC on trouve Peter Fergus-O’Brien nommé depuis avril 2010.

Titulaire d’un MBA de l’European School of Management, Peter Fergus-O’Brien a démarré sa carrière en 1990 chez Booker PLC (leader britannique du commerce en gros). De 1993 à 2006, il a évolué au sein de DHL Worldwide (entreprise de logistique) où il prit en charge successivement le développement des Services & Business de la France et l’Afrique de l’Ouest, et ensuite de l’Europe du Sud, et de la Russie. Il rejoignit Aviapartner Ground  (société aéronautique belge) en 2006 en qualité de Directeur Général.

Enfin, en 2007, il rejoignit le groupe SITEL au poste de Directeur Grands Comptes France et Maroc, et accèda ensuite au poste de Directeur Général de SITEL BENELUX & SCANDINAVIE où il réorganisa « la structure, les performances opérationnelles, la qualité du service, la qualification du personnel, la productivité et la satisfaction client ». La firme considère qu’il a également atteint d’excellents résultats financiers.

De SITEL FRANCE à SITEL

SITEL FRANCE n’est en réalité qu’une branche de SITEL, qui annonce 52 000 employés répartis en 135 sites dans 26 pays. Mais SITEL n’est elle-même qu’une filiale d’ONEX qui détient la majorité de ses actions.

Qu’est-ce que ONEX Corporation ?

C’est un conglomérat canadien de fonds de pensions, trusts et banques dont le siège social est à Toronto. Il a été fondé en 1983 par Gerry Schwartz. Même si le capital de l’entreprise a été ouvert en 2006, Schwartz possède encore 67,6% des droits de vote et demeure son PDG.

Après avoir joué un rôle significatif dans le secteur des pièces d'automobile ONEX a acheté Celestica, la division manufacturière d'IBM, en 1996.

En 2004, il acheta deux divisions de Boeing, au Kansas et en Oklahoma.

Le groupe employait 138 000 personnes en 2005.

Le 30 juin 2006, pour environ 800 millions de dollars canadiens, il acquit Aon Warranty Group (Une compagnie d’assurance), filiale de Aon Corporation.

En 2006, ONEX exploitait les secteurs des soins de santé, de l'immobilier, des produits électroniques, des salles de cinéma et de l'aéronautique.

Il se spécialisa dans le rachat, au Canada et aux États-Unis, d'entreprises en difficulté, pour les revendre plus tard avec un généreux bénéfice. Les restructurations passèrent souvent par une réduction des salaires, des personnels, ainsi que par la sous-traitance.

Il afficha aussi son intérêt pour l'industrie du transport aérien en tentant d'acheter en même temps Air Canada et Canadian Airlines, sans succès.

Il est aussi actif dans le système de santé américain, le divertissement (Cineplex Entertainment, une entreprise opérant des salles de cinéma) et dans l'aéronautique (Spirit Aero Systems, Inc.).

Il devint aussi un des leaders mondiaux du marché du BPO (Business Process Outsourcing, c’est-à-dire l’externalisation des processus d’affaires, on sous traite une partie de la gestion d’une entreprise) et du centre de contacts.

 Mais ; si on peut dire que SITEL est détenu par ONEX Corporation, on peut aussi bien dire: Gerry Schwartz détient la majorité des actions de SITEL.

Qui est Gerald W. Schwartz ?

 G.Schwartz 04 img0256

Homme d’affaires

Né le 24 novembre 1941 à Winnipeg, Manitoba, Gerry Schwartz est un Canadien qui a co-fondé en 1977  la Can West Global CommunicationsInc,  devenue en 1983,  ONEX Corporation.

Il est aussi directeur de la Scotiabank depuis 1999.

 Milliardaire

Avec une fortune estimée à 1 milliard de dollars US, Schwartz a été classé en mars 2011 par le magazine Forbes au 24ème rang des fortunes canadiennes et au 1140ème rang mondial.

 Formation

Schwartz est diplômé de Kelvin High School à Winnipeg en 1962 et de l’Université de Manitoba en 1966 où il devint un membre actif de la fraternité juive Sigma Alpha Mu. Il obtint un MBA  (master de gestion des affaires) à l’Université d’Harvard en 1970.

 Mariage

Après un premier mariage rompu dans les années 70, Il s’est remarié en 1983 à Heather Reisman, PDG d’Indigo Books and Music, une chaîne monopoliste de librairies canadiennes et d‘édition, avec qui il a eu 4 enfants.

 Supporter d’Israël

C’est un supporter inconditionnel d’Israël. Une de ses initiatives a consisté à envoyer des centaines d’iPods aux soldats volontaires israéliens. Depuis 2005,  il leur offre même une formation scolaire parallèlement à leur formation militaire sous forme d’un programme de donations de 3 millions de dollars annuels. Et en 2006 il fait en plus don de 578 000 $ à l’université d’Haïfa.

 Résidences

Le couple Schwartz-Reisman possède un manoir de 12 chambres à Rosedale, (le quartier huppé de Toronto), une maison à Palm Beach, en  Floride, (voir à l'adresse :  http://www.bing.com/maps/default.aspx?v=2&cp=26.69292~-80.037084&sty=o&lvl=1&tilt=-90&dir=0&alt=-1000&scene=17845741&encType=1 et une autre à Bel Air en Californie.

 

Une vie de milliardaire people

Schwartz possède une collection de voitures d’époque, dont il se vante avec empressement mais qu’il n’a pas le temps de conduire ainsi qu’un yacht de 19 pieds le « Know Heather », en hommage à sa femme bien qu’elle n’y mette les pieds que pour des soirées mondaines au cours desquelles le couple est réputé s’offrir mutuellement de somptueux cadeaux. Pour son 40ème anniversaire, Schwartz a ainsi fait venir le Kingston Trio (country et pop musique) pour chanter en privé pour sa femme tandis qu’elle lui a offert une Porsche rouge à l’anniversaire suivant. Ils séjournent parfois dans le sud de la France, à Antibes où ils louent des suites à 4500$ la nuit, ou comme l’été dernier, pendant 5 semaines, en Italie et en Espagne, aux Baléares. Mais, c’est promis, leurs prochaines vacances se dérouleront dans leur maison de Floride et, d’après un observateur de la haute société canadienne, ce sera la plus grande fête de la décade !

 

Dernières fortunes

D’après la presse canadienne (Winnipeg free Press), le PDG et propriétaire d’Onex, Gerry Schwartz, a vendu pour un peu plus de 18 millions de dollars d’actions de sa compagnie d’investissement le 22 février 2012. Il a annoncé la vente de 500 000 actions d’Onex au prix unitaire de 36,40 $. Le montant total avoisine donc 18,2 millions de dollars mais représente moins de la moitié des actions qu’il possède. Il continue donc à contrôler Onex à travers les actions qui lui restent et qui représentent 22,6 millions de dollars.

On ne sait pas à quoi il destine ces 18 millions de dollars (13 716 000 €).

 

« Autant d’inégalités et d’injustices ne peuvent être abattues sans créer une force homogène offensive »...

« Il est donc nécessaire  et urgent de construire  un front large, massif et solidaire pour contester l’oligarchie dont Nicolas Sarkozy est le représentant politique au sommet de l’  État. »…

(Le président des riches, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot).

Commenter cet article