Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Émir et Kadri, encore une expulsion ?

Publié le par rue du blogule rouge

DSC_1295.jpg

Qui sont Émir et Kadri ?

Un jeune Rom serbe, habitant de Villeneuve-les-Salines depuis deux ans, Émir Rahmni, est menacé d’expulsion vers la Serbie ainsi que son fils de 7 ans, Kadri, scolarisé en CP à l’école Condorcet de Villeneuve-les-Salines.

Pour quelle raison ? Émir n’a commis aucun crime, ne s’est rendu coupable d’aucun délit. Il est en France depuis deux ans et s’est marié en décembre 2011, à la mairie de La Rochelle, à une Rom du Kosovo, Rosa, elle-même en France depuis 2002, avec qui il attend ce qui aurait dû être un très heureux événement au printemps prochain. Rosa n’est pas (encore) expulsable aux yeux des autorités puisqu’elle est titulaire d’un permis de séjour de 10 ans depuis 2006 c’est-à-dire 4 ans après son arrivée en France.

Expulsés de nuit

Les autorités ont donc averti Émir de se tenir prêts, lui et son fils, dans la nuit de lundi à mardi prochain : une voiture de police viendra les chercher à 2 heures du matin le 21 Octobre pour les emmener à Paris prendre l’avion de Belgrade.

Pourquoi cette expulsion ?

En 2012, Émir avait déjà connu une première expulsion pour quelques mois. « Votre temps sera bientôt expiré, repartez-donc en Serbie et revenez plus tard, vous pourrez renouveler votre séjour ici !» lui avaient susurré « les autorités ». Ce qu’il a fait. Deux mois plus tard, il était de retour auprès de sa femme. Mais on lui reproche maintenant cette absence comme un abandon de domicile. Il se serait mis ainsi en situation d’expulsion ! Quelle hypocrisie !

Manifestation à la Préfecture

DSC_1291.jpg

Face à cette situation, et en désespoir de cause, la famille d’Émir décidait de provoquer une manifestation aujourd’hui en début d’après-midi à la Préfecture de La Rochelle pour demander que son cas soit réexaminé. Après avoir tenté d’expulser les manifestants (une douzaine de personnes dont certains alertés par l’article paru le matin même dans l’édition électronique de Sud-Ouest) du hall de la Préfecture, sous le prétexte que leur présence aurait pu gêner les "bons" citoyens en attente qui d’une carte grise, qui d’un autre papier officiel -et mobilisé pas moins de 14 policiers en tenue ou en civil-, les officiels ont finalement décidé d’entendre Émir. Il a été reçu par le responsable du bureau des droits (sic) des étrangers qui lui a laissé entendre que, finalement, on lui laisserait un délai de huit jours pour prouver qu’il a du travail, ou au moins qu’il détient une promesse d’embauche. C’est une nouvelle hypocrisie. Comment peut-on trouver du travail sans avoir de papiers ?

Appel à la solidarité

Mobilisons-nous pour empêcher une nouvelle expulsion honteuse commise en notre nom. Émir est marié en France, il parle ou apprend le français, son fils est scolarisé ici. Il ne connaît que ce pays. Émir ne demande qu’à travailler et à faire vivre sa famille. Aidons-le !

Voir ici l'article de Sud-Ouest.

Commenter cet article

stephanie 03/11/2013 13:57

vous avez bien compris la réele situation de cette famille.un grand merci pour votre soutient.
stephanie